Votre assurance auto

La souscription à une assurance auto est obligatoire : ceci est clairement stipulé dans l’article L. 211-1 du Code des Assurances. Cependant, vous n’êtes pas obligé de prendre une assurance tous risques.

L’assurance des dommages occasionnés aux tiers

C’est le type de contrat d’assurance auquel vous devez souscrire pour respecter la législation. Cette assurance permet d’avoir une couverture de la part de votre assureur pour les dommages causés aux tiers. Votre assureur vous apportera sa garantie, qu’il s’agisse d’un dommage corporel ou d’un dommage matériel. Ce contrat doit couvrir le propriétaire du véhicule, mais également la personne qui à sa garde, la personne qui se trouve au volant au moment de l’incident ainsi que les passagers. Pour une couverture plus élargie, vous pouvez compléter ce contrat d’assurance basique avec d’autres clauses.

Où souscrire cette assurance ?

Si de nombreuses entités proposent différents types de contrat d’assurance, celle-ci doit être souscrite auprès d’une entreprise agréée. Seule cette dernière peut pratiquer les opérations d’assurance contre les accidents. Sachez qu’une compagnie d’assurance peut résilier un contrat d’assurance, notamment si l’assuré n’a pas payé avec assiduité sa prime d’assurance. Dans ce cas, peut-on s’assurer si l’on a été résilié ? La réponse est OUI. Il faut vous tourner ves les compagnies spécialisées dans les assurances auto pour conducteur résilié.

Souscrire sa voiture qui ne circule pas

L’article concernant cette obligation d’assurance est très clair : tout véhicule, qu’il soit en circulation ou non, doit avoir une assurance automobile. Cependant, si votre véhicule est sur cale dans votre garage, vous n’êtes pas obligé de l’assurer vu qu’il ne va causer aucun accident routier.

Les sanctions liées au non-respect de l’obligation

Si vous circulez avec une voiture sans assurance, même si celle-ci ne cause aucun accident, vous pouvez être exposé à des sanctions. À un contrôle routier, si vous ne présentez pas votre attestation d’assurance, l’amende à payer s’élève à 3 750 €. À celle-ci s’ajoutent des peines complémentaires comme la peine de travail d’intérêt général, la suspension ou l’annulation du permis de conduire, la confiscation ou l’immobilisation du véhicule concerné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.